Communauté des Paroisses du Pays de St-Ludan

Page de l'Editorial
 
 
 
 
 


 EDITORIAL DE NOVEMBRE - DECEMBRE 2019 

           
Après la Toussaint, le temps de l’Avent et bientôt c’est Noël. Puis une nouvelle année nous emportera vers le printemps et Pâques. Le temps nous laisse une impression d’éternel retour. Dans l’Antiquité grecque, le temps était considéré comme cyclique. Tout finissait par revenir. Rien de neuf sous le soleil.

Nous sommes bien de notre époque, lorsque nous demandons : « Quoi de neuf ? » Nous sommes à l’affût de nouveautés capables de nous ravir, d’apporter un plus, un mieux à notre vie. Voyez comment les commerciaux nous font miroiter des nouveautés qui à l’usage se révèlent moins fiables, plus fragiles.

Comme nous avons l’impression que le temps nous file entre les doigts, nous sommes souvent écartelés entre un passé que nous avons aimé et que nous enjolivons à mesure qu’il s’éloigne et un futur qui nous inquiète d’autant plus que nous avons le sentiment que nous ne le maîtrisons pas.

Comment vivre dans ces conditions ? Quelle sagesse de vie pouvons-nous adopter ? En fait il n’y a que l’instant présent qui nous est accordé et que nous pouvons habiter, en l’aimant, en le trouvant intéressant, en recueillant ce qu’il peut nous faire vivre de beau. Ce qui suppose que nous soyons capables de nous émerveiller encore et toujours de toutes petites choses, de tout vivre comme une chance unique, un instant de lumière et de grâce.

Alors au lieu de nous projeter vers Noël – les villages de Noël sont en place depuis la fin du mois d’octobre – au lieu de regretter que tout passe si vite et que l’on n’a même plus le temps « d’en profiter » - un maître mot aujourd’hui, - vivons donc aujourd’hui en étant attentifs à tout ce que ce jour porte comme trésors. Vivons chaque moment sans nous projeter dans le moment suivant.

Quand ce sera le temps de l’Avent, vivons en hommes non pressés. Prenons notre temps. Car l’Avent nous donne de trouver la joie parfois enfouie en nous et qui demande à surgir aujourd’hui.                                             
Etienne HELBERT