Sommaire Communauté de Paroisses Paroisses Groupes paroissiaux Liens Agenda
 

Bienvenue sur le site de la

Communauté des Paroisses du Pays de St-Ludan

diocese Alsace

 

  
 
 
 
 

Messes

Solennité de la Pentecôte : samedi soir 19h : messe à Hindisheim
et dimanche à 10h30 à Nordhouse
Retrouvez l'agenda des messes et évènements

EDITORIAL DE MAI 2020

S’il n’y a pas de célébration religieuse avant le 2 juin, nous ne pourrons pas célébrer la Pentecôte comme un signe de nouvel élan pour l’Eglise.
Mais si l’horizon se dégageait, alors nous serons prêts pour célébrer les 30 et 31 mai.
Quoi qu’il en soit nous croyons que l’Esprit du Seigneur est sans cesse à l’œuvre.
Il nous pousse plus que jamais à être inventifs, à imaginer des moyens pour accueillir pour le temps présent ce que Dieu veut nous donner.

Célébrer Dieu présent à son Eglise, cultiver les liens qui nous unissent, être à l’ écoute du frère qui est éprouvé, porter la Bonne Nouvelle aux hommes d’aujourd’hui, en particulier aux enfants et aux jeunes, sont les tâches qu’e nous voulons mettre en œuvre. Alors que notre « jeûne eucharistique » se poursuit, alors que nous devons célébrer les funérailles avec le cercle des plus proches, que les mariages et les baptêmes sont remis, nous ne resterons pas les bras ballants.
 
Pour commencer voici ce qui me semble tout à fait souhaitable :

  • à partir du 11 mai, nous ouvrirons à nouveau les églises de Nordhouse et de Hindisheim, ainsi que la chapelle St Wendelin de Hipsheim et la chapelle de la Vierge de Hindisheim pour que ceux qui le désirent puissent s’y recueillir et prier.
  • Nous continuerons à préparer des liturgies à vivre à la maison pour les dimanches à venir jusqu’à la Pentecôte et plus loin encore s’il le faut. Ces liturgies sont diffusées par courriels mais elles seront aussi téléchargeables sur le site de la communauté de paroisses du pays de St Ludan qui est en cours de réaménagement. Il y a aussi des propositions à vivre par les enfants et les jeunes. 
  • Pour ce qui concerne les célébrations des premières communions, nous avons retenu les dates suivantes à l’automne : 
    • le 27 septembre à Nordhouse lors de la fête patronale de St Michel avec les enfants
    • le 4 octobre à Hindisheim
    • le 11 octobre à Limersheim, à l’occasion de la fête patronale de St Denis.
    • Pour les enfants d’Ichtratzheim et de Hipsheim, la date sera encore à définir.
    Ces dates tardives permettront de remettre en route les groupes de catéchèse. La célébration du premier pardon est prévue le samedi 10 octobre. Tout cela sous réserve d’une situation sanitaire favorable. La célébration de la confirmation se déroulera le samedi 3 octobre à 17h à Erstein. 
  • Jusqu’au 2 juin et plus s’il le faut, je continuerai à célébrer l’eucharistie au presbytère de Hipsheim aux intentions confiées, du lundi au vendredi à 18h et le dimanche à 10h. Les cloches qui en temps normal annoncent que la communauté se réunit pour célébrer, annoncent en fait cette eucharistie.
  • Le sacrement des malades prévu à Nordhouse le 22 mars n’a pu être célébré. En cas de maladie grave, ou dans la perspective d’une hospitalisation, il sera à nouveau possible, à partir du 11 mai, du moins je l’espère, de donner ce sacrement à domicile, en prenant bien sûr toutes les précautions. Nous verrons aussi dans quelle mesure nous pourrons porter la communion aux personnes âgées ou malades à domicile. 
  • Nous sommes particulièrement sensibles aux difficultés des personnes qui ont traversé seul ce temps de confinement. Nous pensons aux soignants qui ont vécu un service extrêmement éprouvant. Il nous faudra leur donner la parole pour qu’elles nous partagent ce qu’ils ont vécu pour un regard renouvelé sur le monde de la santé.  

 
Peut-être est-ce un effet du confinement ? J’ai souvent pensé durant ces semaines aux chrétiens persécutés qui ne pouvaient pas se réunir et vivre leur foi ouvertement. Ces chrétiens ont fait preuve d’une capacité de résistance et d’inventivité pour s’organiser, pour se soutenir et pour nourrir leur foi. Ce n’est pas trop difficile de s’organiser pour vivre une liturgie à la maison. Une croix sur la table, une bougie et une fleur, le cadre est là pour prier ensemble.
           
Vous voyez que nous naviguons pour l’instant à vue. Tout peut être remis en question. Nous sommes pour longtemps encore dans une période d’incertitude où nous serons conduits à nous adapter selon les directives qui tomberont. Mais jamais vous n’entendrez le message : « En raison du confinement, le presbytère est fermé ! » Alors n’hésitez pas à téléphoner tous les matins de 9h à 12h et après 18h 30 jusqu’à 21h. Je suis à votre service ne serait-ce que pour parler quelques minutes. Si je suis en ligne, mettez un message sur le répondeur.
 
En communion avec vous !

Etienne HELBERT
Hipsheim, 03 88 64 12 32


  Evangile et Méditations    
 

Méditation de Frère Roger de Taizé pour le 8 février

Toi qui marches à la suite du Christ, ne t'étonne pas de sa parole : « Qui a mis la main à la charrue ne peut pas regarder en arrière. » Il t'invite à laisser derrière toi amertume, regrets, tout ce qui corrode un oui d'éternité. Ce oui pourrait-il s'assoupir ? Ne va-t-il pas te tenir en éveil une vie entière ?
 
 

  Évangile du 8 février 2020  en Marc 6, 30-34.  

En ce temps-là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »
De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.

 

  MÉDITATION  
 

Pour faire comprendre combien il était nécessaire d'accorder du repos aux disciples, l'évangéliste dit : « Les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger. » Cette fatigue de ceux qui enseignaient, ainsi que l'ardeur de ceux qui se laissaient instruire, montrent bien comme on était heureux en ce temps-là. Si seulement la providence de Dieu faisait de même encore à notre époque, et qu'un grand nombre de fidèles se pressait autour des ministres de la Parole pour les entendre, sans même leur laisser le temps de reprendre des forces !
« //s partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart. » Les gens les ont suivis. En toute hâte, ils ont pris la route du désert, non sur des ânes ou des véhicules de tout genre, mais à pied, et ils ont montré, par cet effort personnel, quel grand soin ils avaient de leur salut. En retour, Jésus a accueilli ces gens fatigués. Comme sauveur et médecin plein de puissance et de bonté, il a instruit les ignorants, guéri les malades et nourri les affamés, manifestant ainsi quelle grande joie lui procure l'amour des croyants.

Saint Bède le Vénérable (v. 673-735), moine, docteur de l'Église