Communauté des Paroisses du Pays de St-Ludan

 
 
 
 
 

                           INFORMATIONS

   
           Quel merveilleux signe que la crèche !   

           Le Pape François a publié dimanche 1er décembre une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche, «Admirabile signum». Il écrit :

           Le merveilleux signe de la crèche, si chère au peuple chrétien, suscite toujours stupeur et émerveillement. Représenter l’événement de la naissance de Jésus, équivaut à annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec simplicité et joie. La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture. En contemplant la scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de Celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. Et, nous découvrons qu’Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui …

           L’origine de la crèche se trouve surtout dans certains détails évangéliques de la naissance de Jésus à Bethléem. L’évangéliste Luc dit simplement que Marie « mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (2, 7). Jésus est couché dans une mangeoire, appelée en latin praesepium, d’où la crèche. En entrant dans ce monde, le Fils de Dieu est déposé à l’endroit où les animaux vont manger. La paille devient le premier berceau pour Celui qui se révèle comme « le pain descendu du ciel » (Jn 6, 41). C’est une symbolique, que déjà saint Augustin, avec d’autres Pères, avait saisie lorsqu’il écrivait : « Allongé dans une mangeoire, il est devenu notre nourriture » (Serm. 189, 4) …

           Mais venons-en à l’origine de la crèche telle que nous la comprenons. Retrouvons-nous en pensée à Greccio, dans la vallée de Rieti, où saint François s’arrêta, revenant probablement de Rome, le 29 novembre 1223, lorsqu’il avait reçu du Pape Honorius III la confirmation de sa Règle. Après son voyage en Terre Sainte, ces grottes lui rappelaient d’une manière particulière le paysage de Bethléem …

           Les Sources franciscaines racontent en détail ce qui s’est passé à Greccio. Quinze jours avant Noël, François appela un homme du lieu, nommé Jean, et le supplia de l’aider à réaliser un vœu : « Je voudrais représenter l’Enfant né à Bethléem, et voir avec les yeux du corps, les souffrances dans lesquelles il s’est trouvé par manque du nécessaire pour un nouveau-né, lorsqu’il était couché dans un berceau sur la paille entre le bœuf et l’âne ».
Quand François arriva, il trouva la mangeoire avec la paille, le bœuf et l’âne. Les gens qui étaient accourus manifestèrent une joie indicible jamais éprouvée auparavant devant la scène de Noël. Puis le prêtre, sur la mangeoire, célébra solennellement l’Eucharistie, montrant le lien entre l’Incarnation du Fils de Dieu et l’Eucharistie. À cette occasion, à Greccio, il n’y a pas eu de santons : la crèche a été réalisée et vécue par les personnes présentes. C’est ainsi qu’est née notre tradition : tous autour de la grotte et pleins de joie, sans aucune distance entre l’événement qui se déroule et ceux qui participent au mystère.

           Par un heureux concours de circonstances, la veillée de Noël qui s’est déroulée à Hindisheim le 24 décembre a mis en scène l’origine de la crèche selon la tradition franciscaine.

           Vous pouvez retrouver l’intégralité de la lettre apostolique du pape François sur le site du Vatican : w2.vatican.va


       

 
Jubilé Ste-Odile

          « Jubile ! Jubile, Alsace bénie, protégée, éduquée par sainte Odile, pour le 1300ème anniversaire de son départ au Ciel ! Mais, plus qu’à un simple anniversaire, nous sommes invités pendant huit mois, du 13 avril au 13 décembre 2020, à vivre le Grand Jubilé de sainte Odile.

          Ce faisant, nous rejoignons la magnifique tradition biblique des jubilés. Comme son nom l’indique, le jubilé est avant tout un temps de joie heureuse, de jubilation dans le Seigneur, un moment « détaché » des autres, propre à refaire nos forces, à même de changer nos vies malgré toutes les lourdeurs et tous les maux de notre existence. »

          C’est par ces mots que Mgr Ravel invite les croyants d’Alsace à fêter leur sainte patronne.

          Pour tous ceux qui le peuvent, aller au Mont Ste Odile au moins une fois s’impose au cours de ces huit mois. Or, un mont se monte. Il se gravit… La première condition sera, chacun à sa mesure, de monter au Mont non pas pour y accéder mais pour s’élever, à pied ou à vélo, au départ de sa ville ou depuis le piémont, seul ou en groupe, en une heure ou en trois jours.

          Que les pèlerins viennent en groupe ou en famille ou individuellement, ils seront accueillis et un livret du pèlerin aidera chacun à vivre sa démarche. Cette journée est pensée un peu comme une récollection, un temps de ressourcement avec la Parole de Dieu, dans le silence et la prière. Cinq chemins seront proposés pour être enracinés dans la grâce du baptême, de la réconciliation, de l’eucharistie, de la prière et de la charité.

          Nous sommes invités au grand rassemblement diocésain du dimanche 5 juillet 2020. Celui-ci sera précédé d’une grande neuvaine de prière , vécue dans les communautés locales.

Pour la zone pastorale de Molsheim/Bruche dont le doyenné d’Erstein fait partie, il est prévu une journée particulière le samedi 13 juin.


Pour consulter l’intégralité de la lettre pastorale de Mgr Luc RAVEL, on pourra se reporter au site du diocèse : www.alsace.catholique.fr

 

A noter dès maintenant : dimanche 22 mars à 15 h au foyer paroissial de Nordhouse messe et célébration du sacrement des malades. Cette messe sera suivie d’un temps de convivialité avec café et brioches. 

 

 Partage d’évangile    
  
  • Le groupe de partage de la Parole. Prochaines rencontres autour de la lecture continue de l’évangile selon Jean, les jeudis 9 janvier et 13 février à 20h au presbytère de Hipsheim.
     
  • Le groupe qui échange sur l’évangile du dimanche qui suit sa réunion avec l’outil « Saveurs d’évangile » se réunira les jeudis 16 janvier et 28 février à 20h  au presbytère de Nordhouse. Pour le temps du carême, un fascicule spécial sera à nouveau disponible.
  •  
     
      Vie des Communautés paroissiales 
     

    Limersheim :    Le conseil de fabrique de la paroisse vous invite à son traditionnel repas paroissial, le dimanche 26 janvier à partir de 12h. Au menu : Baeckeofe. Réservations au 03 88 68 54 70.

     

    Pèlerinage au Mont Sainte Odile
     
                Le pèlerinage annuel durant la semaine de prière des doyennés de Benfeld et d’Erstein se déroulera le mercredi 22 janvier 2020.

                Au programme : accueil à 9h, 10h15, conférence, 11h messe, 12h15 repas, 14h 30 dévotion à Ste Odile, suivie des vêpres, départ à 17h. Le prix de la journée n’est pas encore fixé. Pour le bus de notre communauté de paroisses, il y aura 53 places disponibles. Il sera impératif de s’inscrire avant le 15 janvier 2020. Les feuilles d’inscription seront disponibles au fond des églises début janvier ou auprès des personnes qui collectent ces inscriptions. Merci de toujours prévenir en cas de désistement.

     
    Cliquez ici pour modifier le texte

      Participation aux frais des paroisses et du diocèse 

    Par décision de Mgr l’Archevêque la contribution aux frais de l’Eglise à l’occasion d’un mariage ou de funérailles passera de 110 à 120 € à partir du 1er janvier 2020. Cette somme est répartie de la manière suivante : part de la paroisse 55 €, part de l’organiste 33 €, part du diocèse 22 € et 10 € pour le célébrant dont 3 € pour les prêtres des autres diocèses. Lors des funérailles le geste pour la chorale est toujours laissé à l’appréciation des familles.

          A noter que le barème des offrandes de messe n‘est pas modifié. L’offrande reste fixée à 17 €. (7 € pour la paroisse, 7 € pour le célébrant qui le verse à la mense, et 3 € pour les prêtres des autres diocèses). Pour rappel : lorsque deux intentions sont inscrites à la même messe, une autre messe est célébrée, souvent en semaine, à l’intention des donateurs.


     

     
     
       Communion pour les personnes âgées
    et les malades à domicile  
     
  • Pour Nordhouse, les dates prévues : les matins des vendredis 7 février et 6 mars 2020.
  •  
  • Contact pour Hindisheim, Bernadette SPISSER 03 88 64 24 58.
  • Pour Limersheim, Marie-Andrée GUIDAT 06 86 96 85 79 ou Elizabeth APRAHAMIAN, 03 88 64 19 85.

  •  
     
     

      Funérailles  
     
                  Lors de funérailles, l’adieu au défunt a lieu à la fin de la célébration à l’église. L’inhumation au cimetière, c’est-à-dire la mise en terre du corps est seulement accompagnée d’un moment de prière.
              Dans le cas d’une crémation, il n’y a donc pas lieu de refaire un adieu en présence de l’urne des cendres. Il n’est pas nécessaire que le prêtre soit présent. Chaque baptisé peut conduire une prière. Cela peut être un membre de la famille ou un proche. Dans ce cas, un document vous sera remis par le prêtre.
              A l’avenir il arrivera que nous soyons conduits à organiser des célébrations de funérailles sans eucharistie, par exemple pendant les congés d’été. Ces funérailles seront présidées par une équipe de laïcs. Il sera alors fait mémoire du défunt à l’eucharistie du dimanche le plus proche.